loader

Super balade : La vigne et l'architecture

Pédestre - Aller-retour - Culturel - Nature (faune, flore) - Oenologique

  • Distance : 23km
  • Durée : 2h
  • Moyen de locomotion : à pied
  • Difficulté : Facile
  • Publics : Tous publics

Télécharger l'itinéraire

 
 

Commune de départ : PESSAC
Commune d'arrivée : MERIGNAC

Descriptif : De sa cité avant-gardiste signée Le Corbusier à ses vignobles confidentiels et ses grands crus classés, ses parcs arborés et ses forêts, cette super balade valorise le riche patrimoine de ces deux communes.

 

Infos pratiques

 

Étapes

  • 1

    Point de départ

    Cet itinéraire démarre au cœur du Parc Razon.

 

Points d'intérêt

  • Le parc Razon

    Le plan d’eau alimenté par le ruisseau l’Artigon et les vieux cyprès chauves confèrent un charme indéniable au parc Razon. En 1856, un lavoir public y fut construit. En 1930, un petit court en ciment donna lieu aux premières parties de tennis de Pessac. Aujourd’hui, le parc Razon est équipé de plusieurs terrains de tennis, d’un boulodrome et d’une aire de jeux pour les plus petits.

  • Parc Pompidou

    Au cœur de la ville, cette place de 1,4 ha enherbée et ombragée se prête à la promenade, à la lecture ou aux discussions entre amis, assis au pied d’un arbre. Quatre magnolias, transplantés de la place de la V République en raison des travaux, s’y portent à merveille.

  • Marché de Bourrec

    Le très réputé marché Bourrec est l’un des plus grands de l’agglomération. On y trouve de tout et chaque dimanche, de nombreux Girondins s’y pressent pour dénicher des produits locaux ou artisanaux introuvables ailleurs. Le mardi matin, ne manquez pas le marché bio de la place de la Vième République.

  • Le quartier du casino (détour)

    À l’entrée du centre-ville, revivez le faste de la Belle Époque dans ce quartier exceptionnel inspiré de la Ville d’Hiver d’Arcachon : 16 splendides villas ou “chalets” y furent construites à la fin du XIXième siècle sous la houlette de l’architecte Hector Loubatié autour du Grand Casino du Nouveau Square. Cet établissement fut détruit par un incendie en 1903.

  • L'orangerie de Bagatelle (détour)

    Inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques, Bagatelle est une dépendance de la maison Doré (du nom de son ancien propriétaire). Le domaine, une chartreuse du XVIIIième siècle, est une propriété privée.

  • Le parc de Camponac

    Ce parc de 3 ha compte plusieurs arbres centenaires, dont un chêne fastigié et un remarquable liquidambar. Ils sont très appréciés des lecteurs de la médiathèque qui jouxte la chartreuse du xviii siècle. Le plan d’eau est de la même époque, ainsi que la fontaine qui provient toutefois de l’ancien domaine de Saige (elle a été démontée en 1979). Un espace de jeux est réservé aux enfants de 2 à 12 ans.

  • La cité Frugès - Le Corbusier

    L’ensemble a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2016. À leur livraison, en 1926, les 50 logements en béton armé polychrome de cette cité-jardin déclenchèrent la perplexité. Commandé à l’architecte Charles-Édouard Jeanneret-Gris, dit Le Corbusier (1887-1965) par l’industriel sucrier Henry Frugès qui voulait faire de Pessac un laboratoire de l’avantgardisme, ce lotissement est un prototype de l’habitat social d’aujourd’hui. Le génie de Le Corbusier est d’avoir imaginé des modules standardisés de 5 x 5m pour créer différents types d’habitat. Ils sont facilement repérables : zig-zag, quinconce, arcade, jumelles, la maison isolée et la maison gratte-ciel. Propriété de la ville de Pessac, cette dernière se visite sur rendez-vous au 05 57 93 65 40.

  • Le parc Jozereau

    Dans ce parc au charme sauvage, une passerelle permet d’enjamber l’étang couvert de nénuphars (autrefois une ancienne carrière d’argile). Le lieu est très apprécié des pêcheurs, des boulistes, des amateurs de pique-nique et des bambins de 2 à 6 ans qui s’en donnent à cœur-joie dans l’aire de jeux aménagée à leur intention.

  • Le parc de Cazalet

    Pâturages, vignes, courses de chevaux, occupation allemande… L’ancien domaine de Cazalet a tout connu ou presque. Des 60 ha de terres qui le composaient, il reste un parc boisé de 7 ha peuplé de chênes-lièges remarquables. Son pigeonnier en briques roses, ses jeux pour les enfants et ses allées ombragées en font un lieu de promenade idéal. Le château XIXème, construit sur les fondations d’une chartreuse du XVIIIIième siècle, porte encore le nom de son tout premier propriétaire, l’avocat François Cazalet décédé durant la Révolution dans la prison où il était détenu pour activités contre-révolutionnaires.

  • La cité des castors

    Confrontés à la crise du logement à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, Étienne Damoran, prêtre-ouvrier bordelais, et 150 jeunes gens entreprirent la construction d’une “cité modèle” : ce projet expérimental releva le défi de combiner, avant l’heure, habitat participatif, économie collaborative et autonomie des ressources. La Cité des Castors est labellisée Patrimoine du XXème siècle depuis 2016.

  • Château Haut-Bacalan (détour)

    Montesquieu acheta ces terres en 1726 dans le but d’y planter des vignes, mais dut renoncer à son projet, en butte à un décret interdisant alors cette culture sans autorisation royale. Il les revendit en 1748 à Monsieur de Bacalan. Les vignes furent exploitées jusqu’en 1933, date à laquelle elles cédèrent en partie la place à un important élevage de porcs. Replanté en 1998, le domaine a donné sa première récolte en 2001. Du lundi au vendredi de 13 h 30 à 18 h et samedi et dimanche sur rdv uniquement. Tél. 05 57 24 51 23

  • Le bois des sources du Peugue (détour)

    Dans cette forêt devancière des Landes de 113 ha, une multitude d’espèces vivent à l’ombre des feuillus et des résineux, ou dans les espaces plus ouverts de la lande humide. Le plan d’eau d’observation de la faune et de la flore permet d’en découvrir un grand nombre. Le site offre aussi un parcours de santé, des chemins de découverte dont un sentier botanique, des cheminements pour les piétons et les deux-roues, un parcours équestre, des aires de jeux et de pique-nique.

  • Le bassin de cap de bos

    Ce bassin paysagé, à l’aspect si naturel, est en réalité un bassin de rétention des eaux pluviales dont le creusement, en 1993, a révélé un gisement de fossiles d’animaux marins de 18 millions d’années. Le site est particulièrement apprécié des enfants pour ses jeux en forme de coquillages géants.

  • Le site du Bourgailh

    Personne n’aurait imaginé, du temps où le site était l’ancienne décharge communautaire, qu’il se transformerait un jour en un vaste espace naturel. Les belvédères offrent des points de vue magnifiques sur l’agglomération et sur la colline. Une serre tropicale de 1 300 m ainsi que de nombreuses animations sur la nature et l’environnement renforcent l’intérêt du lieu. Horaires et programme : www.bourgailh-pessac.fr

  • "Le tronc creux" - refuge périurbain

    Dans la forêt du Bourgailh se trouve un refuge en forme de tronc d’arbre, en acier et bois, comme oublié là après une coupe d’arbres géants. Jouant ainsi avec les significations, cette œuvre architecturale en appelle à l’imaginaire du lieu et à celui de ses habitants d’une nuit. Conception : Yvan Detraz, Bruit du frigo Information et réservations : lesrefuges.bordeaux-metropole.fr

  • Château Pape Clément

    Ce vignoble classé grand cru des Graves depuis 1959, le plus ancien de Pessac, porte le nom de son propriétaire le plus illustre : Bertrand de Goth, le futur Pape Clément V. Il le reçut de son frère en 1299, à sa nomination comme archevêque de Bordeaux. Le château, une ancienne maison noble reconstruite au xviii au XIXième siècle, a été entièrement remanié. Visites et dégustations tous les jours sur réservation. Tél. 05 57 26 38 34

  • Château Haut-Brana

    Une pièce de vignes au plantier de Noès, au lieu-dit Brana, était déjà évoquée en 1678. Progressivement morcelées, les vignes du château Haut-Brana constituent désormais le plus petit domaine viticole pessacais, mais elles bénéficient d’une excellente exposition au midi, sur la plus haute colline graveleuse du plateau de Noès.

  • Le Monteil (détour)

    Il y a 25 millions d’années, le plateau de Monteil fut la première terre pessacaise à émerger des eaux qui recouvraient le bassin aquitain. Il fallut 5 millions d’années supplémentaires pour que tout Pessac émerge. Bien plus tard, au Moyen Âge, Monteil devint un carrefour économique important, sur le chemin qui reliait le Bassin d’Arcachon à Bordeaux. La place actuelle était alors le pacage communal. Sur la place Jean Mette, la croix du Monteil date de 1869. Sur son socle, d’un côté la lettre L signifie la terre noble de Lestonac, de l’autre côté le croissant de lune symbolise le port de Bordeaux.

  • Le moulin de Noès (détour)

    Ce moulin à eau, construit en 1770 et inscrit aux Monuments historiques, appartenait au domaine de Bellevue acheté en 1769 par l’armateur bordelais Jacques-Alexandre Laffon de Ladebat. Son fils André-Daniel reprit l’exploitation, tout en menant ses engagements politiques et humanistes. En 1822, Bellevue prit le titre de Ferme Expérimentale : le moulin reste le seul témoin de cette expérience pionnière en matière d’agriculture.

  • Les berges du Peugue

    Indispensable à l’écoulement des eaux pluviales, le Peugue est aussi un corridor écologique pour de nombreuses espèces. Des passerelles permettent de passer d’une berge à l’autre, dont une au niveau de la rue des Lavandières qui, jusqu’au début du XXième siècle, s’affairaient dans les lavoirs.

  • Le bois du Burck

    Dans ce bois, les arbres ont des couleurs. Trois zones de peuplement bien distinctes sont ainsi balisées : rouge pour le bois familier, jaune pour la lande atlantique, bleu pour le nouveau bois. De plus, les arbres sont étiquetés. Ce poumon vert de 38 ha est idéal pour se familiariser avec la biodiversité, et pour se détendre. Au sentier de découverte s’ajoutent deux parcours de santé (dont un équipé d’appareils de musculation), des aires de jeux et de pique-nique.

  • Château Luchey-Halde

    Connu dès l’époque romaine, le vignoble des domaines de Luchey et de Halde fut arraché dans les années 20 et le terrain utilisé comme camp d’entraînement militaire. En 1999, Bordeaux Sciences Agro, École Nationale Supérieure d’Ingénieurs Agronomes reprit le Château et redonna vie aux 23 hectares de l’exploitation. Visites guidées et dégustations du lundi au vendredi, de 10 h à 13 h et de 14 h à 18 h, sur rendez-vous au 05 56 45 97 19.

  • Le parc du Luchey

    Vestige du domaine viticole Luchey-Halde, ce parc de 5 ha se compose d’un verger de variétés anciennes, d’une prairie naturelle, d’un kiosque à palabres, de jeux pour les enfants et de deux stations de musculation. Profitez de la belle saison, de juin à novembre, pour cueillir des fleurs dans la « prairie fleurie ».

  • Château Picque Caillou

    Ce vignoble de 21 hectares datant de la fin du XVIIIième siècle doit son nom à son sol typiquement caillouteux, constitué de graviers, de galets et de sables charriés par la Garonne entre la fin de l’ère tertiaire et le début du quaternaire. Visites et dégustations sur rendez-vous au 05 56 47 37 98.