Acheter en ligne visites, excursions, citypass,...
David Remazeilles
© David Remazeilles

Blaye, la citadelle de Vauban et bien plus encore...

Blaye, c'est une impressionnante citadelle de Vauban. Mais pas uniquement : ici l'estuaire prend toute sa place et dessine une ville pleine de surprises 

 

La Citadelle Vauban

Roland de Roncevaux est-il vraiment enterré à Blaye ? En tous les cas, à défaut de preuve de la tombe, on tient au moins la citadelle de Blaye, oeuvre du sieur Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban, qui vaut à elle seule plus qu’un détour. Elle n'est pas là par hasard : les Romains puis les Ducs d'Aquitaine qui y avaient leur château avaient déjà repéré cet endroit où une falaise de 35 mètres domine l'estuaire. Tant et si bien que lorsqu'il s'agit de bloquer l'entrée de l'estuaire, c’est ici que Vauban installe ses fortifications. En 1685, on garde le château des Ducs d'Aquitaine que l'on intègre à la citadelle et on rase le village médiéval pour construire ces 38 hectares de murailles qui deviennent une petite ville de garnison. 

Aujourd'hui, il y en a pour tous les goûts : pour les amateurs d'art militaire qui admirent l'intelligence de cette construction où chaque mur en protège un autre, pour les fans de sites majestueux où les eaux de cette petite mer qu'est l'estuaire viennent lécher le bas des murailles, ou tout simplement pour ceux qui aiment se perdre dans le dédale des fortifications. 

Citadelle de Blaye - David Remazeilles
©David Remazeilles

Le Verrou de l’estuaire

Mais le « Verrou de l'estuaire », ce n'est pas seulement la Citadelle. Deux autres serrures barrent l'entrée. De l'autre côté du fleuve, en Médoc, il y a le Fort Médoc, à Cussac. Une citadelle aux dimensions plus modestes, ne serait-ce que parce qu'au lieu d'être surélevée sur un promontoire, elle est bâtie sur des marécages. Il n'y a donc pas là ce dédale de souterrains qui fait aussi le charme de la Citadelle. 

Et comme ces deux forts n'étaient pas suffisants pour couvrir l'intégralité des 3 kilomètres de large du fleuve à cet endroit, un troisième fut bâti sur une île instable qu'il fallut renforcer pour construire le Fort Pâté, dernière fortification de ce triptyque désormais classé au Patrimoine Mondial de l'Unesco avec toute l'oeuvre de Vauban. 

Blaye - David Remazeilles
©David Remazeilles

 

La route de la Corniche

Pour venir depuis Bordeaux, la route de la Corniche célèbre l’union entre la pierre avec laquelle sont construites les maisons troglodytes qui la longent, et le fleuve qui nourrissait les pêcheurs qui les habitaient. Depuis, ces derniers sont en retraite, mais il règne sur ces 12 kilomètres de route une atmosphère presque tropicale : le fleuve amoindrit les écarts de température, d'autant plus que la falaise blanche reflète les rayons du soleil en protégeant des vents les plus froids. C'est Blaye sur Caraïbes et l'on peut compléter cette impression pirate en allant prendre d'assaut les îles désormais désertes de l'estuaire : Patiras, Bouchaud et Nouvelle sont à portée de bateau de la ville. Le plus grand archipel de France est au large de la forteresse... pour un peu, on larguerait les amarres. 

 

La grotte de Pair-non-Pair 

C’est l’une des plus anciennes grottes ornées découvertes (1881) et c’est par ailleurs la seule de Gironde. Même si ses conditions d’accès sont limitées, elle court moins de risques de fermeture au public que les autres puisque les dessins qui ornent ses murs sont gravés et non pas peints. Celui qui découvrit cette grotte, François Daleau, a passé 30 ans de sa vie à extraire avec minutie 15 000 outils et 6000 ossements qui s’y trouvaient. Il faut dire qu’elle a été occupée sur une période de presque 40 000 ans, d’abord par les Neanderthals, puis par les Sapiens… une sorte de maison de famille. 

 

Côte de Blaye et Gastronomie 

Blaye est également connue pour son vignoble. Trois appellations se chevauchent ici. La plus répandue, « Blaye - côte de Bordeaux », alterne entre rouge et blanc sec. Puis, le « Côte de Blaye », un blanc sec cultivé sur seulement un hectare. Et enfin l’appellation « Blaye », réservée aux rouges cultivés par quinze châteaux sur 37 hectares seulement. Une diversité de noms qui fait aussi écho à une grande diversité de sols. 

Vignoble de Blaye
©David Remazeilles

 

Bons plans:

  • A déguster à la Maison des Vins de Blaye, 12 cours Vauban, ou durant les journées portes ouvertes, mi-avril
  • Pour manger un morceau : Le Carma prépare une cuisine traditionnelle en y ajoutant un soupçon d’originalité
  • Le Gavroche : un peu en retrait du port, une des adresses emblématiques de la ville pour des plats qui lorgnent vers le gastronomique.

 

A voir aussi